L’état des lieux en période de COVID

Auteur : Myriam Kich
Publié le : 26/11/2020


La crise sans précédent que nous vivons depuis plusieurs mois a bousculé l’ensemble de la société et le monde du logement social n’est pas épargné.

La covid-19 va à l’encontre de toutes les valeurs que nous souhaitons diffuser auprès des locataires.  Présence, assistance, accompagnement, service : des mots synonymes et symboles de contact, de relation et de lien que nous nous efforçons de tisser chaque jour avec les résidants.

Les métiers de la proximité sont en première ligne face à ce grand bouleversement, ainsi que tous les métiers de proximité qui voient leurs pratiques bousculées. Il appartient aux conseillers d’accompagnement social, aux chargés de gestion locative et aux chargés de contentieux, de rester présents auprès des locataires, tout en gardant les règles de distanciation sociale.  Cette crise a renforcé les inégalités dans certains territoires et plus que jamais les métiers de la proximité ont toute leur importance.

L’activité doit malgré tout se poursuivre. Si certaines missions peuvent se passer du contact physique avec le client grâce au téléphone et la visioconférence, d’autres pratiques, telles que l’entretien des parties communes, la visite commerciale, l’état des lieux et même l’intervention des prestataires, restent un exercice compliqué en cette période où le locataire ne doit pas être en contact avec les salariés des ESH. Il s’agit pour ce cas d’une équation difficile à résoudre. Certains bailleurs ont fait le choix de faire un état des lieux après le départ du locataire, ce qui remet en question le caractère opposable de l’état des lieux. En effet, ce constat doit se faire de manière contradictoire selon la loi n° 89-462 du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n° 86-1290 du 23 décembre 1986. En revanche, l’état des lieux entrant est réalisé par le gardien ou le responsable de site dans d’autres organismes. Cela peut vite devenir un vrai casse-tête.

Les bailleurs ayant fait le choix de réaliser l’état des lieux dématérialisé ont sans aucun doute un atout. L’outil permet de prendre des photos du logement et l’intègre directement au constat, tandis que la forme traditionnelle de l’état des lieux nécessite une rédaction parfaite pour éviter tout litige.  Cela conduira sans aucun doute beaucoup d’organismes à tirer les leçons de cette période sans précèdent

Un nouveau monde se dessine et l’après Covid obligera chacun à revoir son approche de la relation avec le client.

Chaque jour, ACET Formation, s’efforce d’accompagner les bailleurs dans leurs besoins de formation, d’accompagnement du salarié pour plus de compétences, et lui permettre ainsi de relever les défis du secteur et ils sont nombreux.

ACET FORMATION s’engage dans cette démarche avec un réseau de formateurs experts, pour relever ensemble ces nouveaux défis. Nous avons formé de nombreux salariés et sommes référencés chez plusieurs bailleurs sur toute la France.

Inscrivez-vous à l'une de nos formations concernant l'état des lieux (2 ou 3 jours). 

ILS NOUS FONT CONFIANCE

- x
Une question ? Un correspondant formation traite votre demande

Besoin d'aide ?

Entrez votre message ci-dessous, il sera transmit en temps réel à notre équipe qui reviendra vers vous immédiatement si disponible.

Dans le cas contraire, le message sera tout de même transmis et vous recevrez une réponse différée par email.

Si vous êtes connecté, un ticket sera créé. Vous pourrez le suivre dans votre espace privé.

Support ACET Ticket

Chargement en cours

Veuillez patientez, les messages sont en cours de chargement.